+33 1 45 04 88 54 ambarimparis@gmail.com

Découvrez la Mauritanie

 

 Territoire à la croisée des chemins depuis la nuit des temps, la Mauritanie est une véritable mosaïque culturelle et ethnique. Sur les traces de Théodore Monod, partez vous aussi à la découverte de ce pays encore méconnu. Du Nord au Sud du pays, à travers dunes et oueds la richesse des paysages et des traditions sauront vous éblouir.

Commencez le voyage

Nouakchott et Nouadhibou

Située en plein désert, Nouakchott est la capitale politique et administrative du pays depuis 1960. Connue notamment pour son Musée National et ses jardins maraîchers, il est également possible de visiter le port de pêche de Nouakchott pour vivre une expérience hors du commun. Le nouvel aéroport international de Nouakchott, inauguré le 23 juin 2016, propose de nombreuses liaisons quotidiennes avec l’Europe et le reste du continent africain.

Nouadhibou est quant à elle la capitale économique de Mauritanie. Située à 525 km au nord de Nouakchott et sur le Cap Blanc (Ras Nouadhibou), la ville était une escale de l’Aéropostale à l’entre-deux-guerres, prisée également par Jean Mermoz et Antoine de Saint-Exupéry lors de leurs voyages entre l’Afrique et l’Europe.

Dans les environs de Nouadhibou, de belles visites sont possibles sur la presqu’île et dans la réserve naturelle du Cap Blanc.

Une route inaugurée en 2005 relie les deux principales villes du pays en quelques heures.

Les Villes Anciennes

La Mauritanie compte quatre villes dites « anciennes », classées au patrimoine mondial de l’Unesco : Tichitt, Oualata, Chinguetti et Ouadane. Un festival itinérant célébrant la richesse culturelle du pays a lieu chaque année dans l’une de ces villes.

Pour les visiteurs férus d’histoire, il est possible de voir de près des gravures et peintures rupestres remarquablement bien conservées dans les environs de Tichitt et Oualata représentant le plus souvent la faune sauvage ou le bétail des bergers de l’époque. Ces œuvres dateraient du néolithique, de 4 à 7000 ans avant notre ère.

Les villes anciennes sont également connues pour leurs bibliothèques historiques. Celles de Tichitt, Chiguetti, Ouadane et Oualata abritent des milliers de manuscrits islamiques et arabo-berbères, et des collections bien connues des spécialistes.

La ville de Tichitt est aujourd’hui en cours de restauration selon l’architecture du temps de sa fondation au XIIème siècle. Cette restauration inclut une bibliothèque dotée d’équipements qui permettront la conservation optimale de manuscrits à la valeur inestimable, ainsi que leur consultation.

Les villes anciennes sont un point de départ idéal pour des circuits dans le désert, à la découverte de la nature environnante.

L’Adrar

Région prisée des randonneurs pour des circuits pédestres et chameliers, l’Adrar est un massif duneux traversé d’oueds et de canyons profonds. La région est considérée comme l’un des plus beaux déserts du monde. Une ligne aérienne à destination d’Atar, capitale de la région, a été ouverte à la fin de l’année 2017, avec un vol hebdomadaire depuis Paris.

La plupart des itinéraires débute à Atar, porte d’entrée du mythique désert d’Adrar, cœur géographique et historique du pays. Des circuits d’une à deux semaines vous permettent d’explorer ce plateau rocheux d’une surprenante diversité de paysages : falaises de grès noirs, dunes impressionnantes et oasis de verdure.

À une heure de route d’Atar, l’oasis de Tergit est un paradis insoupçonné. À l’ombre des falaises, l’eau coule en toute saison le long des parois rocheuses pour créer au sol des bassins naturels et alimenter une petite palmeraie. L’eau fraîche est une véritable bénédiction après plusieurs heures de randonnée. En été se déroule la Guetna, la fête des Dattes. De nombreux mauritaniens se réunissent à cette occasion pour fêter la récolte du fruit providentiel.

Entre oasis et mers de dunes, les randonnées dans l’Adrar promettent un dépaysement total et des souvenirs inoubliables.

Parc National de Diawling

Le Parc National du Diawling est un site protégé exceptionnel par l’importante biodiversité qu’il abrite qui se situe dans le sud- ouest de la Mauritanie.

Il est un espace unique où la conservation de l’incroyable diversité de paysages, d’écosystèmes et d’espèces végétales et animales est en harmonie avec le développement local et la lutte contre la pauvreté des populations de la zone.

Le Parc National du Diawling est une aire protégée créée dans le but de reconstituer une biodiversité détruite par une péjoration climatique sévère et par la mise en place de 2 grands barrages sur le fleuve Sénégal. La restauration des écosystèmes a été accompagnée par la reconstitution des pâturages, du potentiel halieutique et faunique et des formations végétales favorisant notamment la cueillette.

Tous ces éléments font du Parc National du Diawling un site modèle pour la conservation et la restauration de l’environnement en Afrique de l’Ouest.

Le Littoral 

Le littoral mauritanien s’étend sur la presqu’île du Cap Blanc (wilaya de Nouadihbou) à l’estuaire du fleuve Sénégal (Ndiago), sur près de 750 km de côtes sablonneuses se présentant comme une succession de plages et se prêtant bien au développement des activités balnéaires et sportives, notamment la pêche au gros et le wind-surfing.

C’est notamment le cas du Parc du Banc d’Arguin de Nouamghar jusqu’au Cap Timiris en passant par la Baie de Tanit et la zone de Nouakchott. Par ailleurs, au nord du parc, aux environs de Nouadhibou, il existe déjà un campement dont la vocation est d’accueillir des pêcheurs au gros.

Créé en 1976, classé au Patrimoine mondial de l’Unesco en 1989, le parc national du banc d’Arguin a été offert symboliquement par le Gouvernement mauritanien comme don à la terre le 14 mars 2001, à l’occasion de la « Campagne pour une planète vivante » du WWF.

 

D’une étendue de 12 000 km2, ce parc marin et côtier occupe la moitié orientale du golfe d’Arguin et joue un rôle capital pour le maintien de la biodiversité marine et la protection de l’écosystème du Golfe d’Arguin, pièce maîtresse du renouvellement des ressources halieutiques à l’échelle de la ZEE Mauritanienne et, sans doute, plus largement à une échelle sous-régionale.

Le site est connu notamment pour son avifaune très diversifiée : plus de deux millions d’oiseaux migrateurs s’arrêtent dans le parc. On y trouve aussi de nombreux cétacés (dauphins, orques, marsouins et baleines), sélaciens (raies et requins), tortues marines, mammifères (mouflon à manchettes, gazelle dorcas) et plus de 200 espèces végétales.

Le Fleuve

Une grande partie du sud de la Mauritanie est bordée par le fleuve Sénégal qui forme une frontière sur environ 800 km. Celle-ci pourrait faire l’objet de croisières fluviales. Le fleuve s’étale dans les plaines du Guidimaka, du Gorgol, du Brakna et du Trarza, au sud, dont le mode de vie des populations est différent du reste du pays.

La population est riche de sa diversité historique : toutes les ethnies (Maures, Peuls, Wolofs et Soninkés) cohabitent et fusionnent harmonieusement ici depuis des siècles…

Informations Pratiques

Vols directs depuis Paris (5h20 de vol)

Vol hebdomadaire entre Paris et Atar

Documents à présenter : Passeport et visa biométrique à prendre à l’ambassade avant le départ ou à l’arrivée à l’aéroport de Nouakchott